• Héloïse PIERRE

2019 : le jeu mobile continuera son ascension fulgurante !



Chaque année, éditeurs, steamers, pro-gamers, tous aiment tenter de prédire quelle sera LA tendance gaming de l'année à venir. Si ceux qui avaient parié sur Fortnite l'année dernière se voient largement récompensés, le débat a cette fois-ci était amené sur les différents supports des jeux vidéos. Et les votes semblent largement suivre la tendance du gaming sur smartphone !

C'est en tous cas ce que App Annie, agence de communication et d'analyses spécialisée dans les données du marché des applications mobiles, promet. Il faut dire que de manière générale, nous ne passons plus des applications. Nous y consacrons 3 heures de nos journées, chaque jour, pendant lesquelles nous "scrollons" plus de 9 kilomètres. Nous en utilisons plus de 40 différentes chaque mois, et l'année dernière, nous avons dépensé 86 milliards de dollars en en achetant sur nos "app stores" (Android et iPhone confondus).


C'est lors d'une étude concentrée sur le gaming mobile, l'agence a démontré que celui-ci, rendu célèbre par Fortnite et PUBG, représentait désormais 60 % des parts de marché des dépenses consommateur destinées aux jeux. Nicolas Beraudo, le SVP Partnerships de l'agence, analyse ainsi :


"Les jeux mobiles ont le vent en poupe et menacent désormais de détrôner les consoles de salon. Au cours des 6 dernières années, le marché mobile a raflé 35 % des revenus mondiaux de l'industrie vidéoludique. [...] Mais non content de se tailler une plus grosse part du gâteau, le marché du jeu mobile le rend encore plus juteux. Les opportunités de monétisation tendent à augmenter en réponse à la demande croissante de gaming multiplateforme et de paiement par mobile. À noter que la forme de monétisation la plus populaire dans l'industrie du jeu mobile reste le système d'abonnement. Tout comme les licences mobiles, l'évolution des smartphones a permis aux éditeurs de donner naissance à des expériences de jeu incroyables. Et si la 5G est en passe d'accélérer encore le processus, l'autonomie des batteries reste le frein principal à l'évolution des jeux mobiles".




Un jeu mobile à attendre au tournant, en cette année 2019 à venir ? Oui, et pas des moindres :

Harry Potter : Wizards Unite, le jeu basé sur le fonctionnement de Pokémon Go, qui promet d'allier la réalité augmentée et la sorcellerie du monde de J.K. Rowling. Pressenti pour "dominer les classements annuels des téléchargements, des dépenses consommateurs et des bases d'utilisateurs", on imagine 100 millions de dollars de dépenses consommateurs mondiales pour Harry Potter : Wizards Unite dans les 30 jours qui suivront sa sortie.



Cependant, Nicolas Beraudo reste mitigé quant au potentiel succès du nouveau jeu mobile qui circulent sur toutes les lèvres :


"Remettons les choses en perspective. En 2018, Pokémon GO battait tous les records - résultat d'un mariage réussi entre une franchise à succès et l'apparition d'une expérience inédite en réalité augmentée. En moins de 200 jours, les dépenses consommateurs mondiales s'élevaient à 1 milliard de dollars - une progression 1,6 fois plus rapide que celle de Candy Crush Saga ; 2,6 fois plus rapide que celle de Puzzle & Dragons et 3,2 fois plus rapide que celle de Clash."


"Soulignons toutefois que le succès du jeu ne devrait pas supplanter celui de Pokémon GO. En effet, la licence Pokémon pèse deux fois plus lourd que celle de Harry Potter (54 mds $ en mars 2017 contre 25 mds $ en décembre 2015). Si Pokémon GO a su tirer parti d'un élan de nostalgie, Harry Potter, quant à lui, est toujours bien présent dans les esprits. En outre, en plus d'avoir été le premier jeu en réalité augmentée sur le marché, Pokémon GO a su miser sur les partenariats virtuels (évènements menant directement aux enseignes partenaires, meetings sponsorisés...) Mais si le titre doit principalement sa réputation et son succès à la réalité augmentée, cette dernière - bien que ludique - a progressivement perdu de son charme aux yeux des joueurs les plus aguerris - ceux-là mêmes qui étaient les plus susceptibles de la monétiser. Une fois encore, l'autonomie des batteries aura eu raison du jeu. Un dilemme qui semble, pour l'heure, insoluble. La réalité augmentée était un véritable coup marketing pour Pokémon GO. Elle apportait un souffle de nouveauté dont Harry Potter ne devrait malheureusement pas profiter."



Rendez-vous en 2019 !


Héloïse PIERRE

© 2018 par esportstrategy  - SAS au capital de 10 000€ - SIRET 842 652 414 R.C.S Lyon