• SV

Les compétitions eSport rapportent aux villes-hôtes


Qu’il est loin le temps ou les tournois de jeux vidéo étaient confidentiels et circonscrits à des espaces réduits. Aujourd’hui les choses ont bien changé, et l’organisation de compétitions est devenu un enjeu économique pour les villes qui les accueillent dans des salles ou des stades gigantesques, à l’instar de ce qui se fait pour les évènement musicaux ou sportifs.


L’exemple récent a été donné par Rotterdam, la deuxième ville des Pays-Bas, qui accueillait en avril dernier les finales du Spring Split du LEC. Selon Riot Games, ce n’est pas moins de 2,35 millions d’euros (ou 2,6 millions de dollars) qui ont été injectés dans l’économie de la cité néerlandaise, puisque l'événement, a vu les 15 000 places de l’Ahoy Arena occupées pendant les deux jours de la compétition par des spectateurs venus des quatre coins du monde. En effet 87,13% d’entre eux venaient d’en dehors de Rotterdam, certains arrivant même du Pérou, de Corée du Sud ou encore de Chine. Ces visiteurs dépensaient chacun 53 € (56 $) par jour pendant la durée de leur séjour selon Riot, une manne précieuse pour les hôtels, et commerces locaux, sans parler des transactions réalisées par Riot et les différents sponsors du tournoi.





En parlant de partenaires, l’un d’eux à une place de choix : il s’agit de l’agence Burson Cohn & Wolfe Sports qui travaille aux côtés du studio américain depuis 2018. Ensemble ils ont développé un programme de villes-hôtes inspiré du sport traditionnel, et qui est un tel succès que la liste d’attente est de deux ans. Rotterdam l’avait d’ailleurs emporté dans un combat qui opposait 40 compétiteurs pour cette finale du circuit LEC.

Riot et Burson Cohn & Wolfe analysent la chose plus que positivement et nous permettent de mettre de nouveaux chiffres sur l’un des aspects économiques méconnus du sport électronique.


L’eSport est en train de mûrir. Nous établissons des processus basés sur des sports de longue date pour élever le secteur et développer davantage l'écosystème [...] En même temps, nous offrons quelque chose que les sports traditionnels n'ont pas, un public plus jeune axé sur la technologie, et cela apporte une valeur considérable aux villes qui cherchent à attirer une population difficile à atteindre. Tandis que le potentiel de diffusion de l’eSport signifie que nous sommes en mesure de promouvoir une ville à l'échelle internationale. Le streaming ne connaît aucune frontière.

Alban Dechelotte, Head of Business Development and Sponsorships pour le LEC


Nous avons aidé de nombreux détenteurs de droits sportifs dans leurs partenariats avec les villes-hôtes, mais l'intérêt pour l'eSport est inégalé [...] Notre étude montre un impact économique impressionnant, surpassant d'autres événements sportifs de taille similaire et la raison en est très simple : la part d’invités non locaux est importante et ce sont des jeunes, bien éduqués qui font des dépenses élevées.

Ronnie Hansen, Director of sports practice de Burson Cohn & Wolfe Sport





L’Esport devient donc une source de revenus non négligeable lorsqu’il mobilise ses acteurs et ses passionnés, comme le montre l’exemple de Rotterdam. Il attire à lui un nouveau public, qui est jeune, connecté, dispose de pouvoir d’achat et pour qui ce genre d'événements permet de découvrir de nouvelles destinations. En somme du tourisme 2.0 porté par le sport électronique.


Crédit images : Riot Games

0 vue

© 2018 par esportstrategy  - SAS au capital de 10 000€ - SIRET 842 652 414 R.C.S Lyon