© 2018 par esport strategy  - SAS au capital de 10 000€ - SIRET 842 652 414 R.C.S Lyon

  • SV

Un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’eSport

Mis à jour : févr 11


Ce 2 novembre, à Anaheim en Californie, se déroulait la grande finale des Grandmasters Global Finals de Hearthstone durant la Blizzcon. L’événement a été particulier cette année, puisque c’est la joueuse chinoise Xiaomeng « Liooon » Li qui l’a emporté, devant ainsi championne du monde.


« Champion » en effet, un mot que l’on accorde rarement au féminin dans l’eSport, sauf dans les circuits dédiés, pendant des ligues masculines. On aurait pu se dire qu’avec le sport électronique, la barrière traditionnelle du sport traditionnel qui sépare les compétiteurs des compétitrices serait tombée, mais il n’en a rien été, puisque depuis des années, à de rares exceptions, l’eSport féminin est joué à part et les participants ne comptent pas dans leurs rangs de participantes.



Malgré le bon sens, on a donc laissé les joueuses à part, un état de fait que les maladresses, erreurs de communication ou les différences culturelles n’ont pas arrangé au fil des tournois disputés de par le monde. Certes il y a bien eu quelques joueuses avec un beau palmarès comme Kayane dans le versus fighting ou encore Scarlett sur StarCraft II, mais dans l’ensemble tout ceci est resté très timide.


Et voici que le week-end dernier, c’est Liooon, qui l’emporte lors des grandes finales, se payant même le luxe de battre Brian « Bloodyface » Eason sur un 3-0 qui ne laisse aucune place au doute. Pourtant sa carrière était plus que timide jusque là, puisque, hormis le cast et le streaming, elle s’est classée à la 2e place du World Electronic Sports Games 2017 (circuit féminin) et la 215e place au Masters Tour 2019 de Séoul, avant de se frotter aux qualifications des championnats du monde. Elle a pu s’y qualifier à Tianjin, lors des Open Qualifiers. Puis ce furent les phases de groupe (avec 2 victoires et aucune défaite), une victoire contre Casie pour la demi-finale des playoffs 3 à 2, avant de venir à bout de Bloodyface. Elle repart donc avec 200 000 dollars sur les 500 000 du prizepool, touchant un beau pactole au passage.



Le meilleur joueur d’Hearthstone est donc une joueuse, n’en déplaise à certains, et la championne ne s’est pas trompé sur le poids symbolique de sa victoire et sur ce qu’elle représente, puisqu’elle a déclaré après sa victoire : « Je veux dire pour toutes les filles qui rêvent de compétition sportive, de gloire : si tu veux le faire et que tu crois en toi, tu devrais oublier ton genre et y aller. » avant de poursuivre plus tard : « C'est la meilleure façon de se venger de ceux qui doutaient de moi uniquement parce que je suis une fille. Cela prouve que les filles peuvent être de bonnes joueuses professionnelles, tout comme les garçons. » Elle a au passage livré une anecdote qui lui était arrivée lors d’un précédent tournoi : « J'attendais dans la file d'attente pour des inscriptions, et il y avait un gars qui m'a dit “tu es une fille, tu ne devrais pas faire la queue ici. Ce n'est pas pour toi.” » Liooon aura prouvé avec brio qu’avec de la force et de la persévérance on peut arriver à tout, et que, en 2019, l’eSport est prêt à se féminiser d’avantage. Du moins on l’espère très fort.


Crédits images : Blizzard Entertainement

55 vues