• SV

Une Trackmania Cup 2019 sur les chapeaux de roues


C’est le week-end dernier, à Strasbourg, que se disputait la finale de la Trackmania Cup 2019 organisée par Zerator. Dans la capitale alsacienne, le plus grand Zenith de France a accueilli près de 7 800 spectateurs qui étaient déchaînés pour une compétition pleine de surprises.





Héritage de la Z-Lan du mois de mai, cette année le tournoi sur le jeu de Nadeo s’est disputé au format duo, et aura vu la consécration de Solary, représentée par l’indétronable Carl-Antoni « CarlJr » Cloutier et son binôme Brendan « Bren » Seve. Par un samedi de forte chaleur, les circuits créés par Zerator, et pimentés de plusieurs défis, auront donc vu la victoire de ce duo devant Gamers Origin et l’écurie Ono.





Mais ce n’était pas seulement du beau spectacle qui attendait l’auditoire de Zerator, qui confesse penser de plus en plus l'événement pour les spectateurs et moins pour les joueurs. Une vidéo d’une minute trente dévoilée pendant la remise du trophée aux deux gagnants a électrisé la salle, et dévoilé le lieu et la date de la Trackmania Cup 2020.

Ce sera donc le samedi 13 juin 2020 qu’aura lieu la prochaine édition de la compétition, qui fera son retour dans la capitale… à l’AccorHotels Arena de Bercy ! Si l’idée de faire l’édition 2019 à Bercy était déjà dans les cartons, elle a dû être abandonnée pour des questions de délais. Ce n’était que partie remise, puisque l’année prochaine, avec « l’aide conséquente » de Nadeo, c’est une salle modulable jusqu’à 19 000 spectateurs qui accueillera la Trackmania Cup. Zerator espère 15 000 spectateurs, dans une salle dont la plus petite jauge est à 8 000. Après avoir hésité entre l’Olympia et Bercy, son choix s’est finalement porté sur l’ancien palais omnisport, plus dimensionné, dans une optique de croissance qui se poursuit depuis plusieurs éditions : 2 700 spectateur au Grand Rex de Paris en 2016 ; 3 200 à la cité des congrès de Lyon en 2017 ; 5 050 au Zenith de Toulouse en 2018 ; 7 784 à celui de Strasbourg cette année.





Bercy n’est d’ailleurs pas une première pour une compétition eSport, puisque déjà en 2006 et 2008 l’ESWC investissait les lieux et que plus proche de nous, les Worlds de League of Legends verront leur finale mondiale s’y disputer pour cette saison. On pourrait sûrement voir d’autres évènements de grande ampleur s’y dérouler dans les prochaines années, puisque, l’actuelle équipe en place à la mairie de Paris a pour volonté de faire de Paris la capitale européenne de l’eSport.


En tout cas, d’ici l’année prochaine Zerator aura de quoi s’occuper pour continuer à repousser les limites de son événement, avec douze mois pour être prêt : « Ça va nous donner un an de marge pour nous préparer, aller chercher des sponsors. On ouvre la billetterie en même temps. » Et il est très optimiste quant à la suite, comme il le confie encore au journal L’Équipe : « Ça fait plaisir parce que j'ai l'impression de ne pas me tromper et d'aller dans la bonne direction. Je me dis que si on arrive à remplir Bercy avec mon jeu soi-disant mort, c'est qu'on a réussi à créer un truc. »


Source

0 vue

© 2018 par esportstrategy  - SAS au capital de 10 000€ - SIRET 842 652 414 R.C.S Lyon