• Héloïse PIERRE

Vivendi se sépare définitivement d'Ubisoft

Vivendi l'avait annoncé il y a désormais un an : il se séparait des ses actions chez Ubisoft, entreprise française de développement, d'édition et de distribution de jeux vidéos, créée en mars 1986 par Yves Guillemot et ses quatre frères, et créatrice de nombreuses franchises à succès comme Just Dance, Assassin's Creed, Rayman, Prince Of Persia...



Encore propriétaire de 27,4% des parts de l'entreprise en mars dernier, le géant des médias mené par Vincent Bolloré n'en possédait plus que 5,87% un an plus tard, comme en témoigne le communiqué de presse :


"Vivendi a vendu, comme prévu, le solde de sa participation dans Ubisoft (5,87 % du capital) pour un montant de 429 millions d'euros, représentant une plus-value comptable de 220 millions d'euros.

Le groupe français n'est plus actionnaire d'Ubisoft et garde l'engagement de ne pas acquérir d'actions d'Ubisoft pendant cinq ans.

Au total, la cession de la participation de Vivendi a représenté un montant de 2 milliards d'euros, soit une plus-value de 1,2 milliard d'euros".


Bien que cette décision ait été annoncée depuis longtemps, elle reste surprenante pour beaucoup, puisque Vivendi a encore récemment affirmé sa volonté d'être davantage présent dans le monde des jeux vidéos et de l'esport. En attendant, la firme reste propriétaire de Gameloft, cousin d'Ubisoft, éditeur de jeux pour smartphones.


Et Ubisoft ne se trouve cependant pas délaissée par ce départ, car la sortie de Vivendi a permis l'entrée de deux nouveaux actionnaires au sein du capital de l'éditeur de jeux vidéos :

- le fonds de pension Ontario Teachers (à hauteur de 3,4 %)

- le poids-lourd chinois du numérique Tencent (à hauteur de 5 % maximum pour les cinq ans à venir)



Héloïse PIERRE

© 2018 par esportstrategy  - SAS au capital de 10 000€ - SIRET 842 652 414 R.C.S Lyon